Redes

viernes, 5 de agosto de 2016

La escultura y el desnudo: Carlos Baez Barrueto

Escultura del chileno Carlos Baez Barrueto.

Carlos Báez Barrueto est un artiste chilien né le 6 février 1955 à Santiago. Il est l’ainé d’une famille nombreuse de 9 enfants (6 sœurs et 3 frères). Sa jeunesse se déroule normalement, avec les autres enfants de son âge, et il aime à penser aujourd’hui que la vie était plus simple à l’époque sur certains aspects, mais aussi plus compliquée pour d’autres. Sa scolarité est normale jusqu’au lycée, avant d’être coupée nette à cause du coup d’état militaire en septembre 1973. La situation devient alors difficile, aussi bien en termes de sécurité qu’économiquement parlant. Il commence alors à travailler avec son père, pour subvenir notamment au besoin de sa famille.
Pour ce qui est de son côté artistique, Carlos Báez Barrueto est un autodidacte qui marche beaucoup à l’instinct, influencé inévitablement par sa famille qui était impliquée dans ce milieu. Il se rappelle notamment de sa première expérience, lorsqu’il avait environ 8 ans : “J’ai regardé un morceau de bois, réfléchissant aux possibilités pour le transformer en quelque chose de plus excitant. Alors je l’ai pris et commencé à travailler dessus. Et j’ai découvert que j’avais la capacité de le transformer en ce que je voulais. Ce fut ma première réalisation, un personnage assemblé représentant un gymnaste aux barres parallèles, un jouet extraordinaire!“. Carlos Báez Barrueto se focalise ensuite sur la réalisation de figures d’une seule pièce, comme des Moais par exemple. A partir de 1978, il commence à sculpter des formes humaines principalement des bustes féminins, luttant pour arriver à obtenir des formes complètes, avec la tête et les membres, et surtout le visage. Les années passent et il devient de plus en plus expérimenté.
A partir de 1995, avec son père et l’un de ses frères, il commence à travailler sur la restauration de voitures anciennes et réalise de nombreux travaux pour le “Club des Automobiles Anciennes de Santiago“. Un travail qui demande alors un haut niveau de précision, ce qui lui permet de perfectionner ses propres compétences en matière de sculpture, et lui permet de créer désormais des sculptures complètes.
Aujourd’hui, Carlos Báez Barrueto envisage des projets avec son propre fils, qui a hérité du côté artistique de son père, même si c’est dans un style et des matériaux très différents. Il continue cependant de sculpter du bois, manuellement, considérant que c’est une matière noble et naturelle. A 60 ans passé, cela devient plus dur, mais il aime toujours autant cela, travailler le bois et sentir l’odeur qui s’en dégage. Cela reste cependant un passe-temps en marge de son travail principal sur la restauration de voitures. Aussi quand il se lance dans une nouvelle sculpture, il ne sait pas du tout combien de temps ni quelle direction cela prendra. Il laisse “faire ses mains”, suit son instinct, et parfois cela vient tout seul. C’est comme cela qu’il adore sculpter, apprenant de ses erreurs et améliorant sa pratique, dans un style naturel, avec une esthétique idéal sans chercher à forcer les résultats.
A noter qu’il est possible d’acheter certaines de ses sculptures (notamment sur le site Fine Art America), ou de commander une réalisation personnelle, à partir de dessins ou de photos.
Je remercie chaleureusement Carlos Báez Barrueto pour sa coopération, ainsi que son beau-frère Ronald Osborne pour son aide au regroupement et à la traduction des informations pour cet article.






No hay comentarios:

Publicar un comentario